Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 avril 2012 6 21 /04 /avril /2012 12:22

Plus d'un an est passé après la catastrophe de Fukushima et juste avant l'élection présidentielle, j'ai envie de vous présenter un texte de mon écrivain favori "Haruki Murakami"  lors de son discours du Prix International de Catalunya en juin 2011. C'est long à lire mais il est très émouvant et je suis tout à fait d'accord avec lui.

 

 

Blog-33.gif

 

Comme vous le savez peut-être, le 11 mars à 2:46 pm, un puissant séisme a frappé la région au nord-est du Japon. La force de ce séisme était si grande que la rotation de la terre est devenue plus rapide et la journée a été réduite de 1,8/1million secondes.

Les dégâts causés par le tremblement de terre lui-même étaient assez importants, mais le tsunami provoqué par le tremblement de terre a dévasté beaucoup plus grand. Dans certains endroits, la vague du tsunami a atteint une hauteur de 39 mètres. Face à une telle vague énorme, même les bâtiments de 10 étages ne pourraient pas offrir de refuge pour ceux qui sont au dernier étage. Les personnes vivant près de la côte ne pouvaient y échapper, et environ 24 000 personnes ont été tuées, environ 9.000 d'entre eux sont toujours portés disparus. La grande vague les a emporté, et nous n’avons pas encore été capables de trouver leurs corps. Beaucoup ont été perdus dans la mer glacée. Quand je pense à cela et essaye d'imaginer cette souffrance et tel destin tragique, ma poitrine se resserre. Beaucoup de survivants ont aussi perdu leurs familles, amis, maisons, propriétés, les communautés. Plusieurs villes et des villages entiers ont été détruits complètement. Beaucoup de gens ont perdu tout espoir de vivre.
 

 

Être Japonais signifierait de vivre avec les catastrophes naturelles. Beaucoup de typhons passent au japonais de l'été à l'automne. Chaque année, ils causent d'importants dégâts et à cause de ça, de nombreuses vies sont perdues. Il y a beaucoup de volcans actifs dans chaque région. Au Japon, il y a 108 volcans actifs et bien sûr il y a des nombreux tremblements de terre. Le Japon est assis dangereusement sur les quatre plaques énormes à l'extrémité orientale du continent asiatique. On peut même dire que nous vivons sur le nid de tremblements de terre.

Nous pouvons prévoir le moment et la voie de typhons dans une certaine mesure, mais nous ne pouvons pas prévoir quand et où un séisme va se produire. Tout ce que nous savons, c'est que ce n'était pas le dernier gros séisme et qu'un autre va se produire dans un proche avenir. De nombreux spécialistes prédisent qu'un séisme de magnitude 8 frappera la région de Tokyo, dans les vingt ou trente prochaines années. Il peut arriver dans 10 ans ou demain après-midi. Personne ne peut dire en toute certitude l'ampleur des dégâts serait, si un tremblement de terre frappe à une ville densément peuplée comme
Tokyo.
Malgré cela, il y a 13 millions de personnes qui vivent dans la région de Tokyo seul. Ils prennent les trains de banlieue bondés  pour aller à leurs bureaux et ils travaillent dans des gratte-ciel. Même après ce séisme, je n'ai jamais entendu parler que la population de Tokyo est en déclin.

Pourquoi?  Vous pourriez me poser. Comment tant de gens peuvent vivre leur vie quotidienne dans un tel endroit terrible?

Il existe un mot en japonais, " Mu Jo" qui signifie qu'il n'y a aucun état qui soit fixe. Toutes les choses qui sont nées dans ce monde, vont disparaître un jour. Toutes vont continuer à changer sans rester. La stabilité éternelle et quelque chose sur lequel on peut compter, n'existent nulle part.

 

C'est une conception bouddhiste, mais ce mot s'est imprimé dans la spiritualité des japonais par un autre lien que la religion, depuis l'ancien temps.

Le point de vue "tout va simplement passer, et partir", est une conception fataliste du monde. L'idée qu'il est inutile de résister, d'aller contre le courant naturel.

 

Mais les japonais trouvent de la beauté dans le fatalisme.

Dans la nature, nous aimons l'arrivée des cerisiers au printemps, la luciole de l'été, le jaunissement des feuilles à l'automne, nous admirons cela collectivement et avec enthousiasme, habituellement, comme une évidence. L'endroit qui est connu pour ses cerisiers en fleurs, pour sa luciole, pour le jaunissement de ses feuilles, attire du monde à chaque saison, au point que l'on a des difficultés à y réserver un hôtel.

 

Pourquoi?

 

Parce que le cerisier en fleur, la luciole, le jaunissement des feuilles sont des beautés de courte durée. Nous nous déplaçons au loin juste pour assister à la gloire d'un petit moment. Nous vérifions qu'elles ne sont pas seulement belles, mais fugitives. Les fleurs de cerisier sont tombées, la luciole a perdu sa luminosité, les feuilles ont perdu leur couleur vive. Et nous nous sentons soulagés.

 

Je ne sais pas si cette spiritualité résulte de l'influence des désastres naturels, mais nous surmontons les désastres naturels qui arrivent l'un après l'autre. Il est vrai que nous avons survécu en surmontant collectivement des catastrophes. Peut être que nos expériences ont influencé notre sens de l'esthétique.

 

Cette fois, le séisme a choqué presque tous les japonais. Bien que nous soyons habitués aux tremblements de terre, la gravité de la catastrophe nous a mis en état de choc, même maintenant. Nous ressentons une inertie et sommes inquiets pour l'avenir du pays.

Mais, en effet, nous allons reprendre nos esprits et nous atteler à la reconstruction.

Je ne suis pas inquiet pour cela.

Nous sommes un peuple qui a survécu de cette façon durant une longue histoire. Nous ne pouvons pas rester terrassés par ce choc. Nous pouvons reconstruire les maisons détruites et les routes disparues.

 

En fait, nous logeons sur la planète Terre sans permission. Ce n'est pas la Terre qui nous a demandé de vivre sur elle. Même si elle nous secoue un peu, on ne peut pas se plaindre. Se secouer de temps en temps est un attribut de la Terre. Bon gré mal gré, on ne peut que cohabiter avec la nature telle qu'elle est.

 

Ce dont je voudrais parler, c'est de quelque chose que l'on ne peut pas reconstruire, contrairement aux maisons et aux routes.

Par exemple, l'éthique et la morale.

Ils ne sont pas des matières qui auraient une forme physique.

Une fois qu'ils sont détruits, on ne peut pas les reconstruire facilement. Même s'il y a des machines, de la main d'œuvre, des matériaux, on ne peut pas les fabriquer rapidement.

 

Ce dont je suis en train de parler, concerne la centrale nucléaire de Fukushima.

 

Comme vous le savez peut-être, au moins trois des six centrales nucléaires endommagées par le séisme et le tsunami n'ont pas encore été restaurées et continuent de disperser de la radioactivité aux alentours. La fusion s'est produite et le sol environnant a été contaminé. L'eau contaminée par la radioactivité a été drainée vers l'océan environnant. Le vent se propage la radioactivité à des domaines plus larges.

Des centaines de milliers de personnes ont dû être évacué de leurs maisons. Fermes, ranchs, usines et ports sont abandonnés, abandonné par tous. Pour ceux qui avaient vécu il n’y a peut-être pas en mesure de revenir. Je suis désolé, mais cet accident pourrait affecter non seulement au Japon mais aussi des pays voisins.


La raison pour laquelle un tel accident tragique est survenu est plus ou moins claire. Les gens qui ont construit ces centrales nucléaires n'avaient pas imaginé qu’un tel tsunami important les frapperait. Certains spécialistes soulignaient que le tsunami de l'ampleur similaire avait frappé ces régions auparavant et insistaient pour que les normes de sécurité doivent être révisés, mais les compagnies d'électricité les ont ignorés, parce qu’ils sont comme des entreprises commerciales, ne voulaient pas investir de façon significative dans la préparation contre le tsunami qui pourrait se produire une fois dans des centaines d'années.

 

Le gouvernement, qui doit gérer la sécurité des centrales nucléaires avec des règlements stricts, semble avoir rétrogradé les normes de sécurité en vue de promouvoir la production d'énergie nucléaire.

Je ne sais pas pourquoi les Japonais sont rarement en colère. Ils sont bons à être patient, mais ne sont pas très bons pour se mettre en colère. Ils pourraient être différents de citoyens de Barcelone. Mais cette fois-ci, je pense que le peuple japonais est sérieusement en colère.

Dans le même temps, nous sommes critiqué de nous-mêmes, nous qui avaient permis ou toléré ces systèmes désordonnés. Parce que cet accident est lié à notre éthique et à notre morale.

Comme vous le savez peut-être, nous, le peuple japonais, ont connu l'expérience d'attaques nucléaires. En août 1945, les bombardiers américains ont largué des bombes nucléaires sur les deux grandes villes, Hiroshima et Nagasaki, entraînant la mort de plus de deux cent mille personnes.
Ce que je veux souligner ici, c'est non seulement que deux cent mille personnes sont mortes dans le sillage immédiat des bombardements nucléaires, mais aussi que de nombreux survivants sont par la suite morts des effets du rayonnement sur ​​une période prolongée. Nous avons appris une leçon, combien une bombe nucléaire est-elle dévastatrice et combien la radioactivité est-elle laisse une cicatrice profonde dans le monde et sur le corps humain par rapport aux victimes des bombes nucléaires.


Les mots suivants sont gravés sur le mémorial pour les victimes de la bombe atomique à Hiroshima.

"S'il vous plaît reposez en paix. Nous ne pourrons jamais faire la même erreur à nouveau."

Ce sont des mots nobles. Ces mots signifient que nous sommes les victimes et les agresseurs dans le même temps. Face à l'énergie nucléaire, nous sommes les victimes et les agresseurs. Depuis que nous sommes menacés par la force de l'énergie nucléaire, nous sommes tous victimes. Depuis que nous l'utilisons et ne pouvons pas nous empêcher de l'utiliser, nous sommes également tous les assaillants.

Ceci est la deuxième source de dévastation causée par l'énergie nucléaire au Japon, mais cette fois personne n’a largué une bombe nucléaire. Nous, le peuple japonais, a causé cela, nous avons fait nos propres erreurs, nous avons contribué à détruire nos terres et nos vies.

Pourquoi est-ce arrivé? Qu'est-il arrivé à notre rejet du nucléaire, après la Seconde Guerre mondiale? Pourtant nous avons constamment poursuivi une société pacifique et prospère.

La raison est simple. La raison en est «l'efficacité».

 

Les compagnies d'électricité avaient été insistant pour que les centrales nucléaires aient offert un système d'alimentation efficace. Il a été le système à partir de laquelle ils pourraient tirer profit. Et surtout après la crise pétrolière, le gouvernement japonais doutait de la stabilité des approvisionnements pétroliers et il menait l’énergie nucléaire comme la politique nationale. Les compagnies d'électricité ont dépensé de l'argent sur les publicités énormes pour corrompre les médias pour impressionner le peuple japonais avec l'illusion que la production d'énergie nucléaire était totalement sûre.

Et c'est ainsi qu’aujourd’hui nous avons constaté que 30 pour cent de la production d'électricité est alimenté par l'énergie nucléaire. Japon, qui est une petite nation insulaire fréquemment frappée par des tremblements de terre, devenue le troisième pays leader production d'énergie nucléaire, sans même le peuple japonais remarquer.

Nous avions dépassé le point de non retour. L'acte a été fait. Ceux qui ont peur de production d'énergie nucléaire sont posé la question intimidant « Seriez-vous en faveur de la pénurie d'électricité? » « Pourriez-vous vivre sans air conditionné pendant l’été ? » C'est presque la torture de vivre sans air conditionné au Japon chaud et humide. Ceux qui ont des doutes sur la production d'énergie nucléaire, est venu à être étiquetés comme «rêveurs irréalistes».

Et donc nous sommes arrivés où nous sommes aujourd'hui. Centrales nucléaires, qui étaient censés être efficaces, nous offrent une vision de l'enfer. Telle est la réalité.

La prétendue réalité, sur laquelle ceux qui ont promu la production d'énergie nucléaire, a insisté, n'est pas la réalité du tout, mais juste superficielle «commodité». Ils ont remplacé le problème, en se référant à la «commodité» comme «réalité».

C'est l'effondrement du mythe de la «technologie japonaise», dont le peuple japonais avait été fier, et la défaite de notre éthique et notre morale, qui avaient permis une telle tromperie. Nous blâmons les compagnies électriques et du gouvernement japonais. Ceci est juste et nécessaire, mais en même temps, nous devrions nous accuser. Nous sommes les victimes et les agresseurs en même temps. Nous devons considérer le fait sérieusement. Si nous ne parvenons pas à le faire, nous allons faire la même erreur à nouveau.

 

"S'il vous plaît reposez en paix. Nous ne pourrons jamais faire la même erreur à nouveau."

Nous devons sculpter ces mots dans nos esprits à nouveau.

Le Dr Robert Oppenheimer, qui a été un des principaux contributeurs au développement de la bombe atomique, a été terriblement choqué par les conditions effroyables à Hiroshima et à Nagasaki. Il a dit au Président Truman "Nos mains sont sanglantes."

Truman a sorti un mouchoir blanche propre et soigné de sa poche et dit: «Essuyez vos mains avec ce mouchoir."

Mais bien sûr il n'y a pas de mouchoir propre dans le monde assez grand pour essuyer tant de sang.

Nous, les Japonais, aurait dû dire «non» à l'énergie nucléaire. Ceci est mon avis.

Nous aurions dû développer des sources d'énergie alternatives pour remplacer l'énergie nucléaire à un niveau national, en rassemblant toutes les technologies, la sagesse et le capital social.
Cela devrait être le moyen d'assumer notre responsabilité collective pour les victimes d'Hiroshima et de Nagasaki. Cette éthique fondamentale et la morale ont été nécessaires pour nous. Nous aurions dû envoyer un message social, et cela aurait été une chance pour le peuple japonais pour faire une vraie contribution au monde. Mais nous avons manqué cette route importante, parce que nous avons pris le chemin facile de «l'efficacité» sur le chemin de notre développement économique rapide.

C'est le travail de spécialistes pour reconstruire routes défoncées et des bâtiments, mais chacun d'entre nous doit  reproduire l’éthique et la morale endommagée. Nous devons joindre nos forces à le faire, à la manière de toute la population d'un village qui va sortir ensemble pour cultiver les champs et planter les graines sur un matin de printemps ensoleillé. Chacun fait ce qu'il peut faire, tous les cœurs ensemble.

 

Nous, les auteurs professionnels, qui sont versés dans l'utilisation de mots, peuvent contribuer positivement à cette mission de grande envergure collective. Nous devons relier nouvel éthique, nouvelle morale  et nouveaux mots, et de créer et de construire de nouvelles, des histoires animées. Nous serons en mesure de partager ces histoires. Ils auraient un rythme, ce qui peut encourager les gens, tout comme les chansons qui chantent pendant les agriculteurs plantant des graines.


Comme je l'ai mentionné au début de ce discours, nous vivons dans un monde changeant et éphémère du monde "Mu Jo". Les êtres humains n'ont aucun pouvoir face à des forces plus grandes de la nature. La reconnaissance de l'éphémère est l'un des concepts fondamentaux de la culture japonaise. Bien que nous respections le fait que toutes choses sont transitoires et nous comprenons que nous vivons dans un monde fragile avec plein de dangers, mais nous sommes imprégnés d'une volonté de vivre avec un esprit positif.

Je suis fier que mes œuvres soient très appréciées par le peuple catalan et d'avoir reçu un tel grand prix. Nous vivons loin l'un de l'autre et nous parlons des langues différentes. Nous avons des cultures différentes. Mais en même temps nous sommes des citoyens du monde qui partagent les mêmes problèmes, la joie et la tristesse. C’est pour cela qu’il est possible que les histoires écrites par des auteurs japonais aient été traduites en Catalane. Je suis heureux de partager les mêmes histoires avec vous. Rêver est le travail des romanciers, mais les rêves de partager sont un travail plus important pour nous. Nous ne pouvons être des romanciers, sans le sentiment de partager quelque chose.

Je sais que le peuple catalan a surmonté de nombreuses épreuves comme nous, vous avez vécu pleinement la vie et conservez votre langue et votre propre culture. C’est pour ça que il y a beaucoup de choses à partager entre nous.

C'est vraiment merveilleux si nous puissions être « Des rêveurs irréalistes » au Japon et en Catalogne et que nous puissions produire une nouvelle valeur commune dans le monde. C'est le point de départ de notre renaissance de l’humanisme, depuis que nous avons connu de nombreuses catastrophes naturelles et des actes de terrorisme. Nous ne devons pas avoir peur de rêver ni avoir peur de conserver un idéal. Nous ne devons jamais permettre au mal nommé «l'efficacité» ou «la commodité» pour nous rattraper. Nous devons être «rêveurs irréalistes », qui aller de l'avant avec vigueur. Les êtres humains se meurent et disparaissent, mais l'humanité l'emportera et sera régénéré à jamais. Surtout, nous devons croire en ce pouvoir.


 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by kyok
commenter cet article

commentaires

olamb 24/04/2012 02:33

Magnifique.
Mais pourquoi Kyok ne nous écrit pas SA version de Fukushima ?

kyok 24/04/2012 21:08



Ok, je vais essayer d'écrire bientôt.



hervieu éliane 23/04/2012 20:27

je suis également d'accord avec ce monsieur et avec toi kyok.

kyok 23/04/2012 21:47



Ah merci, j'en suis ravie !



Présentation

  • : Du kyok à l'âne
  • Du kyok à l'âne
  • : Je suis une illustratrice, assez maladroite dans ma tête, je fais des bêtises…assez souvent. Au lieu de déprimer, j'écris un journal illustré...ou je fais la cuisine japonaise.
  • Contact

Recherche

Liens