Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 16:18

Blog-22.gif

Quand mon grand-père a perdu la tête, un jour Il m’a dit "Tu vas partir en vacances, je te donne 100 000 yens pour ton voyage." Je lui ai dit "Non grand père, c’est trop !", mais comme il commençait à compter des grains du raisin un par un, qui étaient à côté de son lit et il m'en a offert quelques uns à la place de l’argent, je l’ai remercié poliment. Quand il restait longtemps dans les toilettes, Il jouait à son jeu favori "Marjiang" dans sa tête, assis dans le trône en tirant tout le papier de toilette. Il souriait chaque fois qu’il imaginait gagner. Quand il y avait des tempêtes, il sortait torse nu pour combattre avec la pluie et l’orage. Même à 90 ans, il était costaud.

Quant à ma grand-mère, elle voulait assassiner mon grand père déjà décédé cinq ans plus tôt, car il était le roi des coureurs de jupon. Un soir que j'étais allée la voir, elle était assise sur le lit en tripotant la housse de couette. Je lui ai demandé ce qu’elle faisait. Elle m’a répondu "Je mets une aiguille dans la couette de ton grand père, hihihi…" Parfois elle me disait "Ma couverture est trop lourde, parce qu'il y a trop de billets de yen qui tombent sur moi, alors peux-tu débarrasser tous ces billets ? " Je faisais semblant d'attraper les billets et de les mettre dans ma poche ! Si ce n'était pas l'argent, c'étaient des gâteaux japonais traditionnels (Omanjû) qui tombaient sur elle.  Je lui ai dit " Avant tu aimais bien les gâteaux aussi, alors tu ne veux pas garder un peu ?" Mais elle ne voulait plus rien, bien qu'elle aimât bien l'argent et le gâteau. Quand elle avait toute sa tête, elle a remarqué qu'un de ses gâteaux avait disparu et elle a accusé notre bonne. Je ne savais pas qui l'avait mangé, mais je lui ai annoncé que c'était moi qui l'avais piqué, pour la calmer. Je me suis dite qu'à la fin, on mourrait tout seul sans rien garder, mais j'espérais quand même qu'elle était partie avec de bons souvenirs…

Repost 0
Published by kyok
commenter cet article
22 juin 2012 5 22 /06 /juin /2012 16:21

Blog-21-3

Samedi denier, il y avait du monde chez moi, on était neuf personnes.

On a parlé de pleins de sujets différents et intéressants, la famille, les animaux domestiques, l'expos, la mode, le vin, l'histoire de la Turquie etc. Notre copain, Giorgio Darmani a commencé à parler de l'histoire de l'époque de François 1er à 1h du matin, mais 5 minutes après, son récit était déjà à la Première Guère mondiale, alors on n'est pas resté à table jusqu'à dimanche soir. 

Il a parlé d'un homme avec 2 sexes aussi. Ça m'a beaucoup intrigué et j'ai mis du temps à réaliser que c'était une blague. Comme l'escargot est un mollusque hermaphrodite, notre copine Fossette Dostoïevski l'a imité merveilleusement ! Je l'ai admirée, car mine de rien, ce n'est pas facile d'imiter l'escargot. C'est aussi difficile que l'on imite le pois chiche… Je me suis dite qu'elle devait avoir du talent dans ce domaine…En tout cas, je trouve cette bestiole est fantastique, d'autant plus que j'aime le (?) ou la (?) manger !

Après j'ai fait une recherche. Alors, les huîtres plates, ils changent de sexe sans chirurgie ! La jeune huitre est un mâle et répand dans l'eau de mer des spermatozoïdes qui féconde des huîtres cougar's (plus âgées). Je pense que dans leur monde, il n'y a pas de problème de paternité… Plus tard, il deviendra, lui même femelle et aspirera les spermatozoïdes répandus par les jeunes huîtres et donnera ainsi naissance à de petites larves. Ensuite, certains d'entre elles sont dans ma bouche, miam-miam ! Quelle vie extraordinaire !!!

Moi, j'ai parlé de quelques épisodes drôles sur mes grands parents aussi… to be continued… 

Repost 0
Published by kyok
commenter cet article
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 15:04

Blog-20

 

Dans notre immeuble, il y a des personnes âgées et des familles avec des enfants. C’est le 15e arrondissement, c’est très calme et il n’y a pas beaucoup de fêtards.

Avec mes amis, j’aime autant la petite dînette que la grande fête. En fait Garab est souvent absent à cause de son travail (Il est régisseur général dans le monde d’audiovisuel et il tourne souvent en dehors de Paris), mais je ne me sens pas seule à la maison. Mes amis m’invitent souvent chez eux et dés que je veux, je les invite. Mes amis sont originaux et ont l'esprit très ouvert. Je suis heureuse d’être entourée de ces gens hors du commun. Ils me donnent une pêche dans la vie où il y a tant d’emmerdements. La vie est tellement courte que j’ai envie d'en profiter tant que j'ai des dents pour y mordre à pleines dents et des membres qui bougeant sans difficulté. Mais je ne voudrais pas causer des problèmes aux voisins non plus et je ne voudrais surtout pas qu’ils nous jettent les pierres à cause de débordement de notre joie de vivre. Alors pour que nous puissions faire la fête chez nous juste une fois par an, j’ai trouvé une bonne idée. J’appellerai Sof, car elle s’est déguisée en infirmière lors de son enterrement de jeune fille chez moi et elle est allée voir un voisin à côté pour lui faire une piqûre. Mon voisin, il était à la fois surpris et ravi de voir cette belle infirmière espiègle !

Ensuite elle a volé en se déguisant en "Superwoman" dans la rue. Bon, nous étions une vingtaine de filles et nous l’avons portée pour qu’elle reste plus proche du ciel. Nous avons fait une irruption dans un bar à côté. Un homme nous a bien accueillies et il l’a aidée à faire une pirouette. Parce qu’elle n’était qu’une débutante de "Superwoman" à cette époque et elle n’y arrivait pas toute seule. Donc ce serait une bonne solution que je l’appelle, sil y a des problèmes avec eux. Ils ne pourraient pas bouder en présence de "Super-nurse" quand même !

Repost 0
Published by kyok
commenter cet article
7 juin 2012 4 07 /06 /juin /2012 21:52

Blog-19-1.gif

Le deuxième truc, c'est le piano. Je jouais du piano, quand j’étais petite, mais pendant des années, je ne l’ai presque pas touchée.

L'année dernière au moment de la catastrophe japonaise, j'étais dans une maison de campagne. J'ai trouvé un vieux piano. Je jouais pour me consoler. C'était une sorte de thérapie... je jouais quelques chansons que j'aimais bien, par exemple, "Creep" de Radiohead, alors dans ma tête, je devenais "un mec minable qui ne trouve pas sa place dans ce monde… ". C'est une chanson triste qui me touche beaucoup, alors ce n'était peut être pas une bonne idée de jouer cette chanson ce moment-là…

La musique m'emmène dans un autre monde où je pourrais devenir un personnage imaginaire. J'avais complètement oublié cette magie. Alors, j'ai acheté un piano électrique il y a environ 4 mois. Depuis je joue à nouveau et sérieusement, surtout la musique classique. J'adore jouer "Valse minute (Valse du petit chien)". On dit que Chopin l'aurait composé après avoir vu le chien de Goerge Sand, qui tournait en rond autour d'une table ou qui essayait d'attraper sa queue. Donc, j'incarne "un chien" qui aurait le vertige !

Je joue aussi "Nocturne N°20, cis-moll", c'est la musique du film "Le Pianiste" de Roman Polanski. Donc, je serais le célèbre pianiste, Wladyslaw Szpilman dans ma tête, mais comme je ne joue pas bien, chaque fois que je joue, je me dis, "Je serais mort…(Je suis un homme ce moment-là)". Si vous n'avez pas vu ce film, ce pianiste juif est caché dans le ghetto à la fin de la Deuxième Guerre mondiale, mais il est découvert par un officier allemand. Ce dernier lui laisse cependant la vie sauve après l'avoir entendu jouer. Mais moi, je joue comme un pied, donc je serais écrasé sur le champ (Je suis toujours un mec) !

Repost 0
Published by kyok
commenter cet article
30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 18:12

Blog-18.gif

 

Comme Syl habite maintenant dans le quartier Islington, elle m'a fait visiter des endroits charmants. De belles maisons avec des décorations magnifiques, surtout dans le quartier de Chelsea, c'était comme si je voyais des maisons en 3D dans un magazine de déco.  De vrais écureuils étaient juste devant mes yeux. Je crois que je n'en ai jamais vu dans la nature, alors j'étais excitée de les voir quand ils sautaient de branches en branches comme les ninjas ! Un millier de monde en buvant de la bière autour du pub…des fêteurs english, même le matin ! J'ai adoré "Camden Passage", pas loin de chez Syl, car il y avait des friperies très intéressantes. Si j'avais plus de temps, j'aurais pu rester toute la journée pour fouiller un trésor.

Pendant la journée, Syl et moi marchions beaucoup…j'ai l'impression que je faisais une randonnée tout en papotant sans arrêt. Je crois que j'ai musclé les mollets, la bouche et même les oreilles !

Le soir, René qui travaille dans la City rentre à la maison. Il bosse dur, mais il a fabriqué son pain ! J'ai admiré, car je n'ai jamais vu un garçon qui faisait le pain sauf le boulanger. En plus il est quelqu'un d'intelligent sans chichis et il a toutes les réponses surtout sur l'économie. Grâce à lui, je crois que j'ai un peu musclé la tête aussi ! Il faisait tout le temps beau à Londres et c'était super sympa !

Mais quand je suis rentrée chez moi, il y avait un petit drame… En fait j'ai acheté une belle jupe au Camden Passage bien que ma valise soit déjà débordée. Au moment d'ouvrir la valise, la fermeture de cette vilaine valise a mordu la jupe. En essayant de la libérer, j'ai  sauvagement troué cette nouvelle jupe ! Maintenant elle est défigurée, mais pas morte, alors je compte l'amener chez un chirurgien pour rétablir sa beauté…

Repost 0
Published by kyok
commenter cet article
23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 17:56

Blog-17-1-copie-1.gif

 

En ce moment je me lève en pensant à boire une bonne orange pressée. Tous les matins, je la fais moi même avec 2 oranges. Ça fait environs 4 mois que je la bois presque tous les matins.

Quand je ne suis pas à la maison, je cherche un presse-orange et si je n’en trouve pas un, je suis déçue.  En fait j’aime autant la boire que la presser. Je trouve un plaisir inexplicable d'écraser l’orange le matin et d’entendre le bruit de cette machine. C'est le même plaisir que je me faisais éclabousser quand je marchais dans une flaque d'eau …. mais depuis que je m'intéresse à la mode, je ne le fais plus, je le faisais quand j'étais une enfant bien sûr.

On peut dire que l’orange est ma nouvelle élue, car elle ne m’a pas attirée autant avant.  Mais cette année, je pense à elle tous les matins, elle me fait sortir de mon lit douillet, même si je me couche tard et donc, je dirais qu'elle a pris une bonne place dans mon cœur.

Je suis contente de trouver un truc qui me donne un petit bonheur.

 

Je vous raconterai le deuxième truc qui me fait tant de plaisir cette année après mon voyage à Londres. En fait je vais partir pendant quelques jours chez un couple d'amis qui habite là-bas. Je n’ai pas encore fait ma valise, mais comme il fera beau à Londres,  je voudrais partir comme ceci !

 

Blog-17-2-copie-1.gif

Repost 0
Published by kyok
commenter cet article
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 18:29

Je fais la cuisine presque tous les jours. Ce n’est pas un truc contraignant, car je regardais ma mère faire la cuisine tout le temps.

Quand j’étais petite, il y avait des employés de mon père qui habitaient avec nous. Mon père était un grossiste en tissues. Aujourd’hui, c’est très étrange en pensant à cette famille, la mienne, car chez nous, nous étions onze. Ce qui était très rare au Japon.  C’était un tout petit coin, un des plus peuplés au Japon. On peut dire que je croisais souvent quelqu’un. Tous les deux mètres et toutes les cinq secondes envion. En plus des hommes d’affaire de mon père, ses amis et des amis de mes grands parents venaient presque tous les jours chez nous et de temps en temps certains restaient même le soir. Mes parents et mes grands parents étaient très sociables.

Par exemple, après l’école, quand je me concentrais pour manger des gâteaux dans la cuisine, un homme d’une cinquantaine d'années surgissait pour vérifier si je mangeais bien les gâteaux qu’il avait apportés. Je ne le connaissais pas assez mais je pense qu’il était prévenant.  

Il y avait des spécimens bien variés et je leur ai donné des surnoms secrètement pour m’amuser. Ma mère faisait donc la cuisine tout le temps pour tout ce beau monde. Elle était aidée d'une bonne. Elle s’occupait de cette grande famille y compris des habitués. Alors ma grande mère qui était très bavarde et qui avait toujours des idées saugrenues lui faisait manger des choses bizarres pour qu’elle soit en forme. Des têtards par exemple ! Ça me fait réfléchir sur mon existence, peut-être, ai-je été fabriquée par des milliers de têtards ?

Blog-16.gif

Repost 0
Published by kyok
commenter cet article
9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 18:22

Blog-34

 

Je suis allée à une grande  fête des Bonnes couleurs que mon amie, La Komtesse de Drôlesse a organisée dans son château. Tout le monde était beau comme les Smarties et j’ai passé un bon moment.

Il y avait des amis qui portaient des perruques, "Choking pink ! et Choking bleu !". J’ai pensé que ce serait sympa qu’ils les gardent pour toujours, même pour aller au bureau, car non seulement ils leur allaient si bien mais aussi leurs nouvelles têtes remonteraient le moral des gens un peu déprimés.

Pour remercier cette invitation noble et chaleureuse, j’ai écrit un poème.

 

"Garçon coloré"

J'ai rencontré un garçon.
Il avait les yeux bleus comme l'océan.
J'ai nagé dans ses bras paisibles.
Mais il avait un chagrin bleu dans son cœur.
Il chialait, il chialait et je me noyais, je me noyais.
J'ai dit "bye bye mon amour, garçon bleu".

J'ai rencontré un garçon.
Il avait les cheveux rouges comme une fraise.
J'ai savouré dans ses bras frais.
Mais il avait une colère rouge dans son cœur.
Il gueulait, il gueulait et je vomissais, je vomissais.
J'ai dit "bye bye mon amour, garçon rouge".

J'ai rencontré un garçon.
Il avait les dents blanches comme la neige.
J'ai dormi dans ses bras innocents.
Mais il avait une arme blanche dans son cœur.
Il pointait, il pointait et je l'esquivais, je l'esquivais.
J'ai dit "bye bye mon amour, garçon blanc".

J'ai rencontré un garçon.
Il avait toutes les couleurs.
J'ai plané dans ses bras animés.
Et j'ai trouvé toujours les multi couleurs dans son cœur.
Il blaguait, il blaguait et je rigolais, je rigolais.
J'ai dit "Hello mon amour, garçon coloré !".

  Blog-15-3.gif


Repost 0
Published by kyok
commenter cet article
4 mai 2012 5 04 /05 /mai /2012 19:04

Râmen frais

Pour 4 personnes

 

  • 200 g de nouilles chinoise (Chûka-soba)
  • CJ-Ramen-frais.gif1/2  concombre
  • 1 tomate
  • 4 tranches de jambon cuit
  • 4 œufs
  • 2 c. à soupe d’huile de sésame

 

Pour la sauce :

 

  • 7 c. à soupe de sauce de soja
  • 5 c. à soupe de vinaigre japonais (Su)
  • 1 c. à soupe de saké (Ryôrishu)
  • 4 c. à soupe de sucre en poudre
  • 1/2  poireau
  • 10 g de sésame

 

Préparation : 20 mn

 

  1. Battez les œufs, salez et poivrez. Faites-les cuire pour faire 4 omelettes très fines. Puis, coupez-les en filaments d’environ 5 cm de long. Réservez au frais.
  2. Epluchez le concombre à moitié dans la longueur, rincez et essuyez. Coupez-le en julienne de 5 cm de long. Coupez la tomate en deux, puis coupez-la en tranches très fines. Coupez le jambon en filaments de 5 cm de long. Réservez au frais.
  3. Coupez le poireau en fines rondelles. Ecrasez le sésame. Mélangez tous les ingrédients de la sauce ainsi que le poireau et le sésame. Mettez la sauce dans un bol et réservez au frais.
  4. Faites bouillir 2 l d’eau dans une grande casserole et jetez les nouilles dedans . Faites-les cuire « al dente » (le temps de cuisson est différent selon la nouille).  
  5. Versez les nouilles dans une passoire et passez-les rapidement sous l’eau froide. Egouttez-les bien et arrosez-les avec 2 cuillères à soupe d’huile de sésame. Mélangez bien.
  6. Répartissez 1/4 de nouille dans 4 assiettes creuses. Déposez 1/4 de concombre, de tomate, de jambon, et d’œuf au-dessus des nouilles en les rangeant par catégorie pour une belle présentation.
  7. Nappez les nouilles de sauce préparée et dégustez-les en mélangeant.
Repost 0
Published by kyok
commenter cet article
27 avril 2012 5 27 /04 /avril /2012 22:54

 

P-Un-jour.jpg

 

Le jour où le nord-est du Japon a été dévasté par le grand tremblement de terre et le Tsunami, j’étais dans un petit village du sud de la France.

Je croisais souvent une troupe de sangliers et lors de plusieurs orages, je voyais plein de crapauds malheureusement écrasés sur la route. Chaque fois que j'en voyais un, j'avais le cœur gros d'autant plus que j’étais plus sensible que d'habitude en pensant au cataclysme Nippon. 

 

Quand j’étais au Japon, j’ai lu un livre qui s’appelait "La Submersion du Japon" de Sakyo Komatsu. Il parle du Japon qui disparaît dans la mer à cause de grands séismes successifs et à la fin, peu de japonais survivants peuvent partir comme réfugiés dans le monde. J’ai tout de suite pensé à ce livre qui me traumatisait à cette époque.

 

Je suis restée une semaine là-bas, ce sont les vacances les plus sombres que j’ai connues. J’ai contacté ma famille et mes copains au Japon. Tout le monde était effrayé. Comme j’étais loin de Paris, mes copains français m'appelaient et m'envoyaient des mails de soutien tous les jours. Pendant un moment, tout ce que je voyais était totalement noir. J’étais toujours choquée, angoissée, profondément triste en pensant aux victimes et à l’avenir de mon pays.... Mais tout le monde m’a réconfortée avec beaucoup de gentillesse et d’humour. Leur délicatesse m’a beaucoup touchée.

 

Maintenant je n’ai pas oublié la tristesse et la peur, mais toutes ces choses-là, je les ai enfermé dans une boite avec d’autres souvenirs noirs pour avancer dans ma vie. Ce n’est pas que je ne pense plus aux victimes, au contraire, il faut que je vive comme si demain n’existait plus, comme si moi aussi, je périssais par un malheur inattendu, parce qu’eux, ils voulaient vivre pleinement.

 

Pour le nucléaire je pense toujours comme l'écrivain "un rêveur irréaliste" dont j'ai parlé.

Je sais que c’est difficile de supprimer cette énergie au Japon qui consomme tant d’électricité, mais j’espère au fond du cœur que les énergies renouvelables pourront remplacer le plus vite possible le système actuel pour notre terre et notre humanité.

Malgré tout, je continue de penser que j’ai de la chance de vivre sur cette terre incontrôlable, car j'ai foi dans la science et dans la technologie.

Repost 0
Published by kyok
commenter cet article

Présentation

  • : Du kyok à l'âne
  • Du kyok à l'âne
  • : Je suis une illustratrice, assez maladroite dans ma tête, je fais des bêtises…assez souvent. Au lieu de déprimer, j'écris un journal illustré...ou je fais la cuisine japonaise.
  • Contact

Recherche

Liens